Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 00:31

La septième édition de la semaine des sciences de l’Université Chouaib Doukkali a commencé le 13 Avril 2009 mais l’ouverture officielle a eu lieu le 14 Avril 2009. La conférence d’ouverture, intitulée « Rôle des Sciences dans le développement économique et social », a été animée  par Monsieur Mostapha Bousmina de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques.

 

Les questions qui on été soulevées lors de cette conférence sont : Pourquoi faire de la recherche alors qu'un bon nombre de marocains souffre encore de la pauvereté, de l'analphabétisation, du chomage...?. Pourquoi faire de la recherche alors que nous n'avons ni les moyens ni les compétences?. A quoi servent les publications scientifiques?

 
Après une présentation sur l'histoire des Sciences depuis Aristote (384-322 Av JC) jusqu'à nos jours, Monsieur Bousmina a mis le point sur la partcipation des musulmans à la rationalisation de la pensée scientifique. Il a aussi cité les avantages et les inconvénients de la mondialisation et comment pourrions nous en tant que pays émergents bénéficier de leurs avantages notamment par l'accès à l'information au même pied d'égalité que les pays développés en plus de la mobilité des idées et des personnes. Il a donné une nouvelle définition au PIB des pays, qui se mesure par le nombre de techniciens, des ingénieurs, des docteurs, des médecins, des architectes, qui se determine par le nombre des écoles, des universités, des bibliothèques, des élèves, des étudiants et des professeurs. Les compétences qui doivent être acquises sont les langues, le sens critique et l'esprit de synthèse, la lecture et l'ouverture sur le monde. Monsieur Bousmina a montré aussi que les PIB d'un ensemble de pays sont directement liés aux nombres de publications scientifiques.


Il a conclu par les défis que le Maroc devrait relever:
Les marocains doivent avoir confiance en eux et en leurs compétences;
Une éducation de qualité s'impose;
L'état et la société doivent être impliqués dans ce processus;
Les valeurs scientifiques doivent être incrustées dans la société et ceci à tous les niveaux;
Une bonne gouvernance s'impose;
Le Maroc doit s'ouvrir plus sur le monde.


J'ai saisi ce dernier point pour poser la question qui me tenait à coeur : pourquoi le Maroc était absent pendant la 29ème assemblée du Conseil International des Sciences qui s'est tenue pour la première fois en Afrique. Le message retenu pendant cette assemblée est "Africa needs nothing less than science revolution" et le Maroc qui appartient géographiquement à ce continent était absent. Ma question était posée dans le sens de comprendre pourquoi cette absence mais malheusement ma question est restée sans réponse. J'ai cru avoir une réponse informelle que je ne peux malheureusement pas publier dans cet article.


Toujours dans le sens de l'ouverture du Maroc sur le monde, j'ai soulevé la problématique d'ouverture du Maroc d'abord sur son environnement immédiat qui est celui du continent auquel il appartient géographiquement pour pouvoir bénéficier des avantages que puisse offrir cette adhésion. Dernièrement l'Union Africaine a lancé des prix d'excellence en sciences et technologies dont les chercheurs et les scientifiques marocains ne peuvent pas en bénéficier. Pour ce point aussi je n'ai reçu aucun commentaire du représentant de l'Académie Hassan II des Sciences.


Je suis convaincue en tant que scientifique que notre absence surtout sur le plan scientifique et notamment sur le plan des sciences de la terre ne pourrait en aucun cas servir notre cause nationale.

Ezzoura ERRAMI

 

Partager cet article
Repost0

commentaires